Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu

Teilhard de Chardin, réconciliateur de la science et de la foi

L’Auvergnat Teilhard de Chardin était à la fois un prêtre jésuite et un scientifique de renommée internationale, considéré comme une référence parmi les théoriciens de l’Evolution.

Pierre Teilhard de Chardin est né à Orcines, à 7 km de Clermont-Ferrand en 1881 (et mort à New York en 1955). Il est tout à la fois un géologue, paléontologue, prêtre jésuite, théologien et philosophe français. Dans le domaine scientifique, son nom est étroitement lié à la théorie de l’Évolution. Son apport contribue à la révision de l’approche historiciste des récits bibliques de la Création. Ses recherches scientifiques et sa vocation religieuse, à laquelle il fut toujours fidèle, le poussent à réconcilier science et foi chrétienne : un chemin ardu qui lui vaut une interdiction de publier par le Saint Siège.

Theilard de Chardin en Région Auvergne

 

Homme de terrain

Tout au long de sa vie, Pierre Teilhard de Chardin voyage. Il « fait ses premiers terrains » en Angleterre, Egypte, Espagne, France et Belgique. Puis, il travaille en Chine, Mongolie, Java, Birmanie, Abyssinie, Amérique du Nord et Afrique du Sud… Par des méthodes stratigraphiques propres à la géologie, Teilhard date les découvertes, met en lumière l’évolution des espèces végétales et animales, et confirme les thèses de Darwin.

En Chine, où il séjourne par intermittence de mai 1923 à avril 1946, il participe à de nombreuses excursions. En 1929, Sa carrière prend un nouvel essor avec la mise au jour extraordinaire du premier homme de Chine, le « sinanthrope pekinensis ». Teilhard fait partie de l’équipe du docteur Peï dans les fouilles de Choukoutien et date (-500 000 ans) le crâne humain découvert à proximité de pierres taillées, os brûlés et foyers de cendres.

En 1931 et 32, l’expédition Citroën, la Croisière jaune, lui fait traverser une grande partie de l’Asie. C’est au cours de cette expédition scientifique et artistique, en même temps que grande et difficile aventure humaine, qu’il élimine la possibilité que les origines de l’Homme puissent se situer en Asie et confirme ainsi l’hypothèse d’une naissance de l’Humanité en Afrique.

Le sens de l’Evolution

Teilhard est le premier penseur à intégrer l’Évolution dans une perspective explicitement chrétienne. Ayant mis en évidence, par l’observation du passé, la loi fondamentale de l’Évolution, ayant constaté que celle-ci est un événement universel et immense qui continue sous nos yeux, Teilhard se tourne vers l’avenir et se pose la question de savoir où cette marche en avant va nous conduire. Pour lui, il faut appliquer à la multitude humaine la loi fondamentale de l’Évolution, la loi de complexité-conscience.

Il montre que l’Évolution a un sens. Ainsi, explique-t-il, de même que les cellules vivantes sont irrésistiblement poussées à s’unir entre elles, en arrangements de plus en plus complexes, de même les hommes sont irrésistiblement poussés à organiser et perfectionner leurs rapports sociaux. Teilhard voit comme une nécessité biologique la marche de l’humanité vers des formes de socialisation de plus en plus étendues, de plus en plus complexes et de plus en plus interdépendantes. Il parle de « planétisation humaine », d’une sphère planétaire de la pensée : la « noosphère ».

Diffusion sous le manteau et reconnaissance

La pensée de Teilhard de Chardin a trouvé un large écho dans les milieux scientifiques de son temps ; bon nombre de chrétiens a vu en elle le chemin d’une réconciliation entre science et foi. Bien qu’interdit de publication, ses conférences et nombreux essais (200 écrits en 40 ans) furent dactylographiés, polycopiés et diffusés « sous le manteau ». On les appelait des « clandestins ». L’essentiel de son œuvre écrite est éditée après sa mort, les 3 principaux ouvrages étant : Le Milieu Divin, Le Phénomène Humain et Le Cœur de la Matière.

Ses idées ont une influence considérable sur la pensée contemporaine et sur la pensée catholique, y compris dans les travaux du Concile Vatican II. En octobre 1996, le phénomène de l’Evolution a été reconnu par le Pape Jean-Paul II et son successeur, Benoit XVI, a cité Teilhard à plusieurs reprises. Aujourd’hui encore, des clubs de lecture, des Associations d’Amis de Pierre Teilhard de Chardin et une Fondation existent, et entendent diffuser la « pensée de Teilhard ».

Les personnages qui ont fait l’Auvergne

Vos démarches en ligne

Médiathèque de la Région Auvergne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche