Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu

Le Maréchal de La Palice, compagnon d’armes de Bayard

Jacques II de Chabannes dit Jacques de La Palice naquit à Lapalisse, commune de l’Allier, en 1470. Son grand-père, Jacques 1er de Chabannes avait été compagnon de Jeanne d’Arc.

Une vie militaire

Il passa sa vie dans l’armée, à conquérir les territoires convoités par les souverains.

Sous Charles VIII, il participe en 1488 à 18 ans, à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier engagée contre le duc de Bretagne, puis de 1492 à 1495, il part à la conquête des territoires napolitains et milanais.

Sous Louis XII, il se retrouve de nouveau dans le Milanais et dans les Abruzzes dont il obtient le titre de vice-roi en 1502. Après la perte des territoires transalpins par la France, La Palice repart en guerre contre la République de Venise et devient commandant en chef des troupes françaises en Lombardie où il obtient la charge de Grand Maître de France qu’il laisse par la suite au profit du neveu du roi Gaston de Foix. En 1512, à la bataille de Ravenne, il est aux côtés du dauphinois, le chevalier Bayard, autre héros des guerres d’Italie des XVe et XVIe siècles. A la mort de Gaston de Foix à Ravenne, La Palice reprend le commandement de l’armée.

Par la suite, il sera envoyé dans les Pyrénées au secours du roi de Navarre et combattra les troupes d’Henri VIII d’Angleterre en Artois où il sera fait prisonnier en 1513 à la bataille de Guinegatte près de Saint-Omer. Ces deux défaites successives mettent fin aux prétentions italiennes de Louis XII.

Le Maréchal de la Palice

Les lapalissades sont nées à Pavie

Sous François 1er, il est fait Maréchal de France en 1515. Il conseille également le roi lors de la bataille de Marignan et de l’entrevue du camp du Drap d’Or en 1520. Les guerres d’Italie ont repris sous le règne du roi-promoteur de la Renaissance française et en 1524 débute le siège de la bataille de Pavie, ville lombarde défendue par les armées espagnoles de Charles Quint.  François 1er y retrouve le Connétable de Bourbon, passé à l’ennemi quelques années plus tôt et considéré comme traître. La bataille eu lieu en février 1525 et s’avéra être un désastre pour l’armée française. François 1er fut fait prisonnier de même que le Maréchal  de La Palice. Détenu par les italiens, La Palice est tué par un soldat espagnol pour une sombre histoire de rançon.

Apprécié de ses soldats, ces derniers lui écrivent une chanson qui célèbre son courage. La mésinterprétation des vers :

« Hélas, s’il n’était pas mort,  

 Il ferait encore envie »

donna naissance au célèbre truisme : « Hélas, s’il n’était pas mort, il serait encore en vie » et au substantif lapalissade.

 

La veuve de La Palice, Marie de Melun, fit construire en 1530 dans la chapelle du château de La Palice un tombeau pour accueillir la dépouille de son mari. La sépulture sera vandalisée à la Révolution. Rachetés en 1830 par le baron de Montfaucon, les fragments épargnés du tombeau furent légués au musée Calvet à Avignon où ils sont toujours exposés.

Propriété de la famille de Chabannes depuis 1430, le château de La Palice est ouvert aux visites d’avril à novembre. Le parc du domaine est en accès libre.

Plus de renseignements aux : 04.70.99.37.58. / 06.07.58.82.63.

En honneur au légendaire bourbonnais et pour célébrer le 500e anniversaire de la bataille de Marignan, La Poste émet un timbre à l’effigie de Jacques II de Chabannes, seigneur de La Palice, héros national, héros local, qui prit part aux grandes batailles de l’Histoire de France.

Lire également :

Les personnages qui ont fait l’Auvergne

Vos démarches en ligne

Médiathèque de la Région Auvergne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche