Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu
Territoires / Environnement

Les volcans

Quelque 90 volcans, serrés les uns contre les autres, s’alignent aux portes de Clermont-Ferrand pour constituer la chaîne des Puys. Ils ont joué un rôle considérable dans l’émergence des idées sur les volcans, leur origine et leurs causes

La Région et Moi

  1. Saisissez votre code postal,
    puis sélectionnez votre ville dans la liste :


    Étendre à :
  2. Choisissez votre profil :

Thermalisme et volcanisme

Thermalisme et volcanisme

La Terre est vivante et évacue vers l’extérieur plus d’énergie qu’elle n’en reçoit du Soleil. C’est pourquoi, lorsqu’on s’enfonce vers l’intérieur de la planète, la température augmente régulièrement. C’est ce que l’on appelle le gradient géothermique.

Cette élévation de la température est en moyenne de 30 °C par 100 mètres, mais elle atteint par endroits, en Auvergne, des valeurs deux fois plus fortes.

C’est cette augmentation de la température en profondeur qui explique la présence, dans de nombreuses régions, de sources thermales, même en l’absence de volcanisme. L’Auvergne n’y fait pas exception. Contrairement aux idées reçues, le thermalisme auvergnat est donc un phénomène souvent indépendant du volcanisme.

C’est en Auvergne que se trouve la source thermale la plus chaude d’Europe continentale. Elle émerge à Chaudes-Aigues (Cantal) à 82 °C. Bien qu’entourée de massifs volcaniques, elle n’est pas liée à la présence de magma dans la région. Elle ne doit son existence qu’au réchauffement d’eaux de pluie infiltrées à plusieurs kilomètres de profondeur dans le sous-sol, qui remontent ensuite rapidement le long de failles, jusqu’à la surface. De nombreuses sources, de température plus modeste, émergent ainsi des profondeurs dans la région.

Des vertus thérapeutiques connues et exploitées depuis l’Antiquité

En revanche, certaines stations thermales célèbres se sont installées à proximité ou au sein même de massifs volcaniques. Ce n’est pas la température qui joue ici un rôle dominant, car ces eaux dépassent rarement 50 °C en Auvergne. Mais leur percolation dans les roches volcaniques leur permet de se charger en éléments chimiques solubles dans l’eau, ce qui leur confère des vertus thérapeutiques connues et exploitées depuis l’Antiquité. Selon la nature et la composition chimique des roches traversées, les éléments qui se dissolvent dans l’eau varient. C’est ainsi que chaque ville thermale a ses spécificités et s’est spécialisée dans le traitement d’affections ou de maladies particulières.

Une partie des eaux thermales d’Auvergne sont chargées en gaz carbonique, dont on a pu montrer qu’il était lié au volcanisme récent dans la région. D’autres renferment divers sels. Une partie d’entre elles fait l’objet d’une exploitation, souvent artisanale, pour la consommation humaine.

Au-delà de ces influences des volcans sur les eaux thermales de l’Auvergne, on ne saurait passer sous silence un autre phénomène : les propriétés exceptionnelles des roches volcaniques, et en particulier des scories, pour filtrer les eaux superficielles. Ainsi, des eaux de pluie qui traversent ces pouzzolanes sont-elles débarrassées de tout élément indésirable, en partie déminéralisées, et se chargent en éléments rares qu’elles capturent au passage. Cheminant sous la lave, ces eaux minérales très pures peuvent être captées à leur émergence. Les eaux de Volvic en sont un exemple célèbre.

L’Auvergne présente donc sur le plan thermal une grande variété, avec des établissements qui furent utilisées depuis l’Antiquité. Relancées dans la seconde moitié du xixe siècle, les cures thermales ont assuré une grande célébrité aux stations auvergnates.

Article rédigé par l'équipe de Vulcania, premier parc européen du volcanisme

Lire également :

 

 

Ajouter à mes favoris

Médiathèque de la Région Auvergne

Vos démarches en ligne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche