Sélectionnez l'arrière-plan du site

Menu
Jeunesse

Enseignement supérieur

L'Auvergne "soigne" sa matière grise demain

La Région et Moi

  1. Saisissez votre code postal,
    puis sélectionnez votre ville dans la liste :


    Étendre à :
  2. Choisissez votre profil :

Ils vivent déjà à l’heure d’Auvergne-Rhône-Alpes

Ils vivent déjà à l’heure d’Auvergne-Rhône-Alpes !

Les passerelles entre Auvergne et Rhône-Alpes existent, et ils sont déjà nombreux à les utiliser, partageant leur vie entre les deux régions. Ils témoignent.

Amélie Colombier, comme un poisson dans l’eau

Amélie Colombier est une enfant du Forez. La nageuse du CREPS Vichy, originaire de Firminy, a donc grandi entre Loire et Haute-Loire : "L’Auvergne m’évoque toujours de bons souvenirs comme nos weekends familiaux passés à Aurec-sur-Loire, ou encore les balades vichyssoises le long de l’Allier". A 21 ans, la pensionnaire du CREPS Vichy obtient le Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et de sport (BPJEPS) dans la catégorie activités aquatiques et de la natation. Un précieux sésame qui lui confère également le titre de maître-nageur sauveteur.

C’est une grande satisfaction pour celle qui a "grandi dans une piscine. Je passe énormément de temps en dehors et dans l’eau, "un vrai poisson" comme dirait ma maman ! La piscine est devenue ma seconde maison, et j'ai envie que ça dure.". Cerise sur le gâteau, lors de sa formation, la jeune Appelouse a pu nager dans le bassin olympique du stade nautique de Vichy Val-d’Allier sur les traces de son idole : l’Américain Michael Phelps, champion olympique à 18 reprises, passé par Bellerive-sur-Allier pour préparer les Jeux Olympiques de Londres en 2012.

Amélie Colombier

Mickaël Chailloux : « Dans le TER, je me sens un peu chez moi ! »

En 2013, Mickaël Chailloux, Clermontois alors âgé de 21 ans, a dû s’installer à Lyon : il venait de réussir le concours d’entrée en 4e année de Sciences-Po Lyon. Objectif : décrocher un master en journalisme. « Ma copine l’a réussi également, raconte-t-il. Alors nous avons pris un appartement ensemble. » Jusqu’ici, Michaël n’avait pas beaucoup voyagé : élève au lycée Fénelon puis étudiant en faculté d’histoire à Clermont-Ferrand, il s’était découvert un intérêt pour le journalisme dans la métropole auvergnate. « Pendant deux ans, le samedi matin à l’heure où mes copains se réveillaient, j’ai animé, sur Radio Campus, une émission matinale de musique country », rapporte le jeune homme en souriant.

Il rentre chez lui, à Clermont-Ferrand, une fois tous les mois ou à défaut, en période de stage, tous les deux mois. « Au début, habitant avenue Berthelot, à Lyon, je préférais aller prendre le train à Perrache », explique-t-il. Ayant déménagé dans le quartier des États-Unis, il opte désormais pour la gare de la Part-Dieu. « Je fais un trajet sans changement via Tarare, Roanne, Vichy et Riom, cela prend deux heures et demie au lieu d’une heure et demie en voiture, mais c’est plus confortable et moins fatigant. ». Bien qu’il ait réussi, en décembre dernier, son permis de conduire et acheté une voiture, Michaël ne renonce pas au train : « Lorsque je monte dans le TER, je me sens déjà un peu chez moi ! J’aime son design, bien reconnaissable, et un message audio me souhaite la bienvenue de la part du Conseil régional Auvergne ! »

Mickaël Chailloux

Quentin Carnis, un Lyonnais en formation aéronautique

Déjà à la pointe de l’aéronautique, l’Auvergne renforce sa position avec la fusion des clusters aéronautiques rhônalpin et auvergnat. Un rapprochement qui ravit Quentin Carnis, jeune étudiant-ingénieur lyonnais à l’Institut français de mécanique avancée (IFMA) depuis 2014 : « L’Auvergne et Rhône-Alpes sont déjà deux régions très fortes, donc je pense que ce ne peut être que bénéfique. On est plus fort si on s’unit ! ».

A 20 ans, celui qui a toujours été fasciné par « ces si belles machines » rêve de « participer à la fabrication de l’une d’entre elles ». Une carrière que Quentin se verrait bien poursuivre ici : « A mon arrivée, j’ai vite compris que bien que plus petite que Lyon, la ville de Clermont-Ferrand a non seulement une vie étudiante très foisonnante, mais elle dispose aussi d’un atout indéniable, considérable : la beauté et la proximité de sa nature.»

Avant de réaliser son rêve, le jeune Lyonnais doit d’abord poursuivre sa formation d’Ingénieur en mécanique générale à l’IFMA d’Aubière. « Il me reste encore deux années, je vais intégrer un programme ERASMUS, peut-être à destination de la Scandinavie qui m’a toujours attiré ». Une ouverture à l’international qui vient enrichir une formation déjà très exigeante, et conçue pour répondre aux nouveaux besoins des entreprises du secteur aéronautique.

Quentin Carnis

Photos : Club des Dauphins de Firminy, Juan Robert.

Lire également :

 

Ajouter à mes favoris

Médiathèque de la Région Auvergne

Vos démarches en ligne

Auvergne - Conseil Régional d'Auvergne - Télécharger le logo de la Région - Plan du site - Mentions légales - Index de recherche